lundi, 26 mars 2018

En France, l'honneur mène à la mort, et le déshonneur à la gloire et à la fortune.

Honneur au brave officier de gendarmerie qui a donné sa vie pour sauver un otage. Ceci dit, j'espère que chaque future prise d'otage musulmaniaque ne sera pas une occasion pour un officier de gendarmerie de faire pareil. Au rythme où vont les choses, la gendarmerie risque de se trouver rapidement sans supérieurs hiérarchiques. Le héros, après avoir essuyé plusieurs balles du foudallah, a été achevé d'un "coup de couteau à la gorge". Ce qui, en langue française, s'appelle "égorgé", la "signature" de ces dingues dont le désert cérébral est infiniment plus total et mortel que le Sahara.

15:11 |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.