vendredi, 02 février 2018

Les migrants jouent à la calais-chenikoffe

Les migrants se flinguent mutuellement à Calais... Ils n'ont pas de papiers, mais ils ont un iPhone et un flingue. Comment font-ils? Ils arrivent chez-nous déjà avec leur flingue? Où bien ils l'achètent chez nous? Chez qui? Moi, je parle français, mais j'ignore comment acheter un pistolet sur le blaque marquette, d'autant plus qu'on a 9 chances sur dix de tomber sur un piège de la police. Mais le migrant lamda, lui, il ne cause pas un mot de franzouze, mais il sait comment se procurer un flingue. Chapeau. Des gens paisibles, des "trésors", quoi, comme on les nomme en Allemagne. Cela doit tenir à l'air de Calais qui les pousse à la violence, une sorte de mistral du nord qui leur chamboulerait leurs paisibles cerveaux. Pauvres choux. Tôt ou tard, les soucheux vont régler les problèmes directement, vu que l'Etat ne protège plus ses citoyens, et a donc perdu toute légitimité. Il faut voir l'exemple de ce vieux monsieur arabe qui, dans la banlieue parisienne, découvre sa maison squattée par des roms. Impossible de les expulser légalement avant plusieurs mois, voire années, car la LOI protège les squatters. Du coup, Ibrahim a fait appel aux jeunes de la cité, qui ont délogé les roms à coup de barres de fer et de fusils à pompe en moins de 5 minutes. Du coup, la police a arrêté certains de ces jeunes, pas le roms. En tout cas, Ibrahim a à nouveau sa maison. Et pas grâce à la JUSTICE française, qui, comme toutes les justices modernes, protège la racaille démunie et la racaille friquée (the brothers in arms against the working class).

09:59 |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.