mercredi, 22 novembre 2017

Ode à ma famille

Voilà. C'est notre dernière rencontre. Je vous ai assez vus. Famille ingrate, inculte et introvertie, chasseurs de nombril, égoïstomânes ou flaneurs syndiqués! Vos âmes sont pourries jusqu'à l'os, et vos os sont pourris jusqu'à l'âme. Je ne regretterai aucun d'entre vous. Vous êtes sans honneur, sans fidélité, et même le moindre sourire semble vous coûter à chaque fois une ride de plus sur vos fronts bas et calculateurs. Le livre, vous le connaissez grâce à la télévision et votre goût artistique est à l'image de vos tapis de salle de bain, vous êtes d'abominables honnêtes gens, qui regardent sans sourciller chaque gouvernement commettre les pires méfaits, l'essentiel étant qu'on vous laisse votre vie. Pourquoi d'ailleurs? Car si vous n'existiez pas, cela changerait-il le chant des oiseaux ou le murmure d'un ruisseau? Allons, je vous endure depuis trop longtemps. Il est temps de se quitter. Ce dont je vous parle, vous ne saurez jamais le comprendre. Même morts, vous serez toujours de ce monde, alors que moi, dès ma naissance, j'ai été catapulté dans un au-delà auquel vous n'accéderez jamais. Bien sûr, je vous aime. Vous êtes miens. Mais je ne peux plus vous voir, car à mon âge, le dos ne permet plus de se pencher aussi bas. Rideau!

19:33 |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.