mardi, 31 octobre 2017

Quand papi baise, c'est le contribuable qui pleure

Les résidences du 3e âge en Allemagne offrent maintenant gratos des putes à leurs pensionnaires mâles. Généralement, la responsable de l'hospice travaille avec un bordel (après appel d'offres....). Sur demande de chaque petit vioque en rut, la résidence commande la venue d'une péripatéticienne pour calmer les ardeurs séniles. C'est surtout une très bonne opération financière pour la résidence, qui touche bien entendu son pourcentage pour chaque passe, cette dernière étant payée... par le très contribuable.

10:22 |  Imprimer

L'art noble d'enculer le peuple

En 1923, l'Etat de Bavière signe un accord avec l'ancienne famille régnante, les Wittelsbach (au pouvoir jusqu'en 1918). En échange de leur renonciation au trône, une somme non imposable leur sera versée tous les ans, et ils peuvent continuer a habiter gratos dans les châteaux royaux. En 2017, ils palpent en vertu de cet accord 14.000.000,00 d'euros non imposables (c'est le montant annuel actuel) et continuent d'habiter gratos les châteaux royaux. Et on veut faire croire aux gens que la démocratie c'est le règne du peuple... Nous donnons nos sous aux mêmes fumiers depuis la Renaissance. Et nous sommes contents. Ceci dit, l'arrangement avec les Wittelsbach n'est pas le seul. Mais peu de gens sont au courant. Quatorze millions d'euros par an! Non imposables! Et ces messieurs-dames font coucouche panier gratos dans les palais de leurs ancêtres, entretenus par le petit contribuable. Si j'avais une fourche, je saurais où la planter... Dans le gras des fesses de cette belle noblesse!

10:08 |  Imprimer

samedi, 28 octobre 2017

Baiser la Parque

Ma soeur, à l'approche du grand départ, est tombée dans une déprime dont elle ne sortira plus. Chez elle, c'est veillée funèbre jour après jour, c'est repentir quotidien. Chez moi, c'est plus guilleret. L'approche du trou noir me rendrait plutôt joyeux, calembourieux, cocassier et intrépide. Face à la maison Borniol, je me déride, j'ai le pas léger et des allures de fier-à-bras. La mort sera ma dernière maîtresse.

12:34 |  Imprimer