dimanche, 08 octobre 2017

La connerie, c'est comme le sable du désert: ça progresse et ça s'infiltre partout

Pratique courante en 2017:

Quand le parti A dit que le parti B doit être combattu par tous les moyens, c'est une expression valable dans le cadre du débat démocratique.

Quand le parti B dit que le parti A doit être combattu par tous les moyens, c'est une expression de haine insupportable, digne des pires heures de notre histoire.

Voilà peu ou prou comment fonctionne le débat politique en Europe actuellement. Il n'y a guère de chances de voir cela changer dans le bon sens.

Le seul et dernier espoir de l'humanité, c'est l'explosion du Yellowstone (pour les anti-USA) ou de l'Etna/Vésuve (pour les anti-européens) pour nous mettre d'accord.

Mais même la mort nous sépare. La semaine dernière, une famille musulmane débarque chez le maire du village bavarois où elle habite, et réclame un carré du cimetière orienté vers la Mecque, avec, SURTOUT, un espace suffisant qui sépare les dépouilles musulmanes des dépouilles chrétiennes, question de ne pas être contaminé par un incroyant durant la décomposition et au-delà. A ce stade de la connerie humaine, on baisse les bras, on croise les mains, et on murmure une prière à Dieu: "Vas-y Seigneur, c'est le moment d'éteindre la lumière devenue inutile, puisqu'il n'y a plus que des aveugles sur Terre!" 

 

 

 

15:16 |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.