dimanche, 27 août 2017

Corse, terre d'accueil (au calibre 12)

Quand la télé française cause de la Corse, on se sent gêné. Ils utilisent un ton mielleux, de curé ou de pédéraste offrant des sucettes à un môme. Surtout ne pas froisser la susceptibilité du "peuple corse". Tout n'est que superlatifs quand cela touche l'île de beauté, la fierté et l'immense culture du peuple, tous issus de bergers de chèvres. A voir la population d'aujourd'hui, on a l'impression que les chèvres l'ont emporté sur les bergers... Il faut flatter le Corse, le caresser dans le sens du poil financier. Il prend notre argent, oui, mais il est tellement fier qu'il ne sait pas dire merci. S'il nous crache au visage, c'est un geste culturel. S'il sort son fusil, c'est pour marquer son attachement aux traditions. Je n'ai jamais été en Corse et j'aimerais la visiter un jour. Mais j'hésite, car si j'en crois TF1, A2 ou la 3, c'est un paradis habité par des demi-dieux. En tant que prolétaire-traducteur franco-belge, je me demande si je ne vais pas détonner dans les rue d'Ajaccio. L'idéal serait d'y envoyer 100.000 réfugiés, question de tâter le terrain. Entre demi-dieux intouchables, ils vont pouvoir s'entendre!

14:10 |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.